Accueil Actualités L'Australie admet l'existence d'un 3ème genre !

L'Australie admet l'existence d'un 3ème genre !

par Redaction

Le 2 avril, la Haute Cour d’Australie, tribunal suprême du pays, a validé le droit de Norrie May-Welby à n’être désormais ni un homme ni une femme.
Sexe au choix
Ainsi un individu né mâle, ayant préalablement décidé de devenir une femme, a ensuite revendiqué le droit à n’être ni l’un ni l’autre, ne se sentant décidément pas bien dans son corps. Et plutôt que de lui offrir un séjour auprès de spécialistes tous prêts à l’écouter épancher ses états d’âme et ses malaises sur un divan, ce sont la loi australienne et l’ordre naturel que l’on a plutôt choisi de modifier.
Parcours d’un asexué
Contrairement au Monde, qui retrace son parcours et partage l’évènement, nous continuerons à parler du jeune écossais au masculin. Né garçon en Écosse en 1961, Norrie, qui ne se sentait “pas un homme à l’intérieur“, s’est fait opérer en Australie en 1989. “Après ça, j’ai été heureuse pendant quelques mois, deux ans peut-être.” Ce sont surtout ses partenaires qui ont en général mal digéré que celle qu’ils ont cru rencontrer soit en réalité un homme à la base. “Pourquoi ne pourrait-on pas être entre les deux ?”, s’interroge-t-il alors.
Une décision contre nature
En Australie, quelques personnes avaient déjà été reconnues comme n’étant ni homme ni femme, mais à condition de produire un certificat de naissance attestant de cette indifférenciation. C’est ainsi qu’Alex McFarlane, porteur de chromosomes XXY, était devenu en 2003 la première personne à obtenir un passeport australien ne définissant pas son sexe. 
Norrie May-Welby, lui, va à l’encontre de sa prédétermination génétique et la décision de justice dont il est l’objet bouscule tous les principes naturels de base d’une société équilibrée. Dans la case “genre” de son passeport figure désormais la formule “non spécifique”.

You may also like

Laissez un commentaire